Je suis quelqu’un d’aventureux. Cette partie de mon identité personnelle s’est créée à partir de mes expériences : mes treks au Népal, mes ascensions de cascade de glace, mes voies d’escalade gravies. Les différentes expériences que nous vivons quotidiennement nous permettent de construire notre histoire personnelle. Et ces histoires façonnent notre identité. Connaître une personne, c’est connaître son histoire, les événements qui l’ont construite, les moments qui l’ont transformée. Quand nous voulons que quelqu’un nous connaisse mieux, nous lui racontons notre enfance, notre histoire familiale, nos découvertes importantes. Il y a toute une partie de notre histoire que nous vivons consciemment et racontons quotidiennement.
Mais il y a aussi une partie dont nous n’avons pas toujours conscience. Et certaines qui peuvent même nous être néfastes si nous n’arrivons à nous en détacher. C’est l’idée du dicton “chassez le naturel, il revient au galop”.
En travaillant sur nos histoires, nous pouvons nous transformer, nous réorienter vers ce qui fait le plus sens pour nous. Nous pouvons nous reconnecter à nos envies et nos objectifs.
En coaching, nous utilisons les pratiques narratives développées par l’australien Michael White et l’américain David B. Drake. C’est la pratique d’un storytelling personnel.

1. Raconter l’histoire que nous vivons aujourd’hui

À partir des histoires que nous nous racontons, de ce que nous savons sur nous même, nous allons interpréter des expériences de différentes manières. Parfois, nous n’aurons même pas conscience de cette interprétation. Une de mes clientes me racontait qu’elle était particulièrement stressée avant une réunion avec un client. Je lui ai demandé de me raconter l’histoire de son stress et elle m’a expliqué : « ce qui pourrait me stresser c’est d’être en lead sur un sujet que je ne connais pas assez. Si je suis la seule à donner mon maximum et pas les autres. L’injustice peut me faire partir en croisade, m’exciter et montrer ma désapprobation. » Par les mots qu’elle a utilisés, j’ai compris que la valeur de justice était très importante dans son histoire personnelle. Cette valeur de justice lui faisait interpréter des situations durement. Elle « partait en croisade ». En racontant son histoire, ma cliente a pu en prendre conscience et agir en conséquence. Retrouvez les détails de cette histoire dans le cas 4 de mon livre.
Quand une situation vous pose problème, prenez le temps d’y revenir. Racontez-là au plus proche de votre expérience : qu’avez vous vu, entendu, ressenti ? De cette manière, vous pourrez voir ce qui a réellement de l’importance pour vous. En la racontant, vous en prendrez conscience et vous pourrez agir dessus.
D’autres de nos expériences vont nous poser problème parce qu’elles semblent mettre en conflit plusieurs de nos histoires personnelles. Par exemple, vous avez peut-être envie de créer votre entreprise, vous vous racontez une histoire de vous comme entrepreneur. Mais vous n’êtes pas encore prêt à franchir la dernière étape et pour l’instant vous vivez une histoire de vous en tant que manager. Autorisez-vous à vivre ces deux histoires en même temps ! Faites savoir à votre hiérarchie vos envies, cela pourra peut-être vous ouvrir des portes. Ce fut le cas pour l’un de mes clients. En partageant sa fibre d’entrepreneur, il a permis à sa hiérarchie de lui faire confiance et a obtenu un poste de responsable de l’innovation dans son entreprise. Vous pouvez aussi utiliser des outils d’entrepreneur dans votre travail. Inspirez vous de l’approche MVP, minimum viable product ou de l’approche Lean Startup pour tester de nouvelles idées.

2. Modifier son histoire pour réussir ses objectifs

Si certaines de nos expériences se transforment d’elles-mêmes au cours de notre vie à partir d’expériences nouvelles, d’autres peuvent rester présentes alors qu’elles ne nous correspondent plus. Ceci va nous freiner et nous empêcher de nous développer comme nous en aurions envie.
Alors comment les changer ? Se rappeler régulièrement ses succès passés, petits comme grands, sont un moyen de s’ancrer dans une dynamique positive. Les affirmations sont un autre moyen efficace. Mohammed Ali répétait sans cesse « je suis le meilleur » et c’est ce qu’il l’est devenu. Il disait ainsi « C’est la répétition d’affirmation qui mène à la croyance. Et quand cette croyance devient une conviction profonde, elle se concrétise ». Nous nous répétons tous nos histoires en boucle. Nous avons entre 10 000 et 60 000 pensées par jour et 90% d’entre elles sont les mêmes que celles d’hier ! Si ces pensées qui tournent en boucle sont « je n’y arriverai pas, je n’ai pas les compétences », nous ne progresserons jamais. Ecrivez vos affirmations positives et dites-les vous à voix haute dès que vous le pouvez. Vous pouvez aussi les écrire sur un post-it que vous placerez en évidence sur votre bureau. L’objectif est d’alimenter votre “temps de cerveau disponible” en pensées positives basées sur vos réussites passées. Transformer vos pensées pour qu’elles vous aident à avancer vers vos objectifs. Et bien sûr, agissez en fonction de ces affirmations.
Tout en transformant notre histoire personnelle, nous devons rester authentique. Garder un alignement entre ce que nous racontons et ce que nous faisons est crucial pour avancer vers nos objectifs. Les histoires qui ne nous correspondent pas ou plus risquent de nous limiter. Un de mes clients m’a sollicité pour l’aider à traverser une situation difficile dans son travail. Alors qu’il se vivait comme très engagé dans son travail, son N+2 ne reconnaissait pas son implication. Avec les pratiques narratives, nous avons travaillé pour “adapter” l’histoire qu’il se racontait et l’aligner avec celle de son manager. Cela l’a amené à changer certains comportements, ce qui a permis à son manager de changer le regard qu’il portait sur lui ! Il a pu rebondir et construire une très belle relation avec son manager. Le cas 3 de mon livre montre un autre exemple de cette transformation.

3. Aider les autres à raconter leur histoire et connaître la vôtre

Prendre conscience des histoires que nous nous racontons peut parfois être compliqué. Certaines de nos histoires peuvent parfois en masquer d’autres. Et en interprétant nos expériences, nous pouvons passer à côté de certaines résonances personnelles. Se faire aider dans ce processus peut le rendre bien plus puissant.
Si l’un de vos collaborateurs vous partage une expérience qui lui a posé problème, aidez le à raconter son histoire en lui posant les bonnes questions. Demandez-lui : « Qu’est ce qui a particulièrement retenu ton attention ? », « Si j’avais été là, qu’aurais-je vu, entendu ? », « Comment nommeriez-vous votre ressenti ? ». Pour lui permettre de mieux comprendre comment cette expérience s’inscrit dans son histoire, vous pouvez dire : « Quels sont les effets potentiels sur ta vie ? », « Est-ce positif ? Négatif ? Les deux ? »
Par votre position de témoin extérieur, vous pouvez aussi permettre à votre collaborateur de mieux reconnaître et identifier les valeurs importantes pour lui. Dites-lui les expressions qui vous ont particulièrement marqué dans l’histoire qu’ils vous a racontée et ce à quoi cela vous a fait penser. Vous pouvez également lui proposer un rôle modèle. Mon client qui vivait une histoire en contradiction avec celle de son manager m’a dit avoir l’impression de lutter contre l’adversité. Cela m’a fait penser à Nelson Mandela. Même si les situations sont différentes, il y avait une forme de résistance à une oppression vécue et la volonté de contribuer à un monde meilleur. Je l’ai aidé à voir son histoire avec ce nouvel éclairage en lui disant « l’une des forces de Mandela a été de s’élever au dessus des débats et querelles, pour s’investir dans la construction de ce monde meilleur. Avec dignité, intelligence, élégance intérieure et extérieure. » L’histoire de mon client a été renforcée. Cela a été plus simple pour lui de l’aligner avec celle que racontait son manager.
En partageant vos histoires personnelles, vous aiderez votre interlocuteur à mieux comprendre vos motivations et vos objectifs. Ne vous limitez pas à une seule ! Choisissez plusieurs événements comme votre dernier succès sur un projet, une expérience de transformation, un moment de fort changement. Chacune de ces histoires vous permettra de présenter l’une de vos facettes. Pour choisir celle que vous voulez raconter, demandez-vous : “Que voudrais-je que mon interlocuteur retienne ?”, “Comment cette histoire s’inscrit dans mon identité professionnelle ?”. Entrainez-vous avec des personnes qui vous connaissent déjà bien, votre partenaire de vie ou vos collègues.

Les pratiques narratives sont des outils très puissants pour accélérer sa transformation. Partager son histoire et la structurer par rapport à ses réussites va vous aider à renforcer votre confiance en vous et votre capacité à affronter les défis nombreux que vous rencontrez.